Comprendre la #COP21

Du 30 novembre au 11 décembre 2015 prochain, la France accueillera la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Découvrez les enjeux et les objectifs de ce grand rendez-vous.

 JPEG

Version texte de l’infographie [1]

[1Paris 2015
Conférence des Nations unies sur les changements climatiques
COP21 – CMP11

Qu’est-ce que la COP21
La COP21 est une conférence des Nations unies, et plus précisément la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015

La France la présidera et l’accueillera à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.
La présidence et l’organisation de cette conférence ont été confiées par le président de la République, François Hollande, à une équipe interministérielle.
L’ensemble du Gouvernement est mobilisé pour la réussite de cet événement.
Le rôle de président de la COP21 a été confié à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et Développement international.
La mobilisation de la société civile s’appuiera sur les initiatives proposées par Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Elle rassemblera près de 40 000 participants
Délégués représentant chaque pays, observateurs, membres de la société civile…

Il s’agit du plus grand événement diplomatique accueilli par la France et de l’une des plus grandes conférences jamais organisées.

Les enjeux
L’enjeu est de taille : il s’agit d’adopter un accord universel et contraignant applicable à tous pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique, et d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone.

Le futur accord
- devra traiter de l’atténuation, c’est-à-dire des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre, et de l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants
- devra contenir le réchauffement global en-dessous de 2°C
- devra prendre en compte les besoins et capacités de chaque pays

L’accord doit entrer en vigueur à partir de 2020 et devra être durable pour permettre une transformation à long terme.

Chaque pays doit publier, dès que possible et avant la COP21, une contribution nationale présentant ses efforts nationaux. Cet exercice constitue une grande nouveauté dans les négociations climatiques internationales. La France s’est engagée à aider certains pays dans la préparation de leur contribution. À la veille de la conférence de Paris, le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies rendra publique une synthèse de ces contributions.

Autre objectif essentiel visé à Paris :
100 milliards de dollars
La mobilisation de 100 milliards de dollars par an par les pays développés, de source publique et privée, à partir de 2020, pour permettre aux pays en développement de lutter contre le dérèglement climatique tout en favorisant un développement durable et juste.
Plus largement, la conférence de Paris doit adresser aux acteurs économiques et financiers les signaux nécessaires à la réorientation de leurs investissements, afin d’engager la transition vers des économies bas carbone.

Enfin, de nombreuses initiatives sont aujourd’hui développées par une diversité d’acteurs non-gouvernementaux : villes, régions, entreprises, associations… c’est ce que l’on appelle l’Agenda des solutions. Depuis le Sommet sur le climat à New York le 23 septembre 2014, une dynamique positive de mise en œuvre d’actions concrètes, d’échanges de bonnes pratiques et de transferts de connaissances prend de l’ampleur. Cet ensemble viendra compléter les engagements des États, porter un message d’opportunités économiques et sociales et ainsi contribuer à renforcer l’ambition de chacun.

Paris 2015
Conférence des Nations unies sur les changements climatiques
COP21 – CMP11

La responsabilité de la France est double :
- Comme pays hôte de la conférence, la France va devoir accueillir les participants dans les meilleures conditions de travail, de transports, d’hébergement ;
Occupant la présidence de la conférence, elle aura à faciliter les débats entre pays et assurer un fonctionnement transparent et inclusif du processus de négociation.

Abonnez-vous à la lettre d’information



publié le 04/02/2016

haut de la page