Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement français à l’étranger

La France dispose, en matière de politique extérieure, d’un atout précieux : son réseau de 490 écoles dans 130 pays. Il est pour une grande part géré par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger. Ce réseau mondial remplit une double mission de scolarisation de nos jeunes compatriotes et de rayonnement, grâce à l’accueil – pour deux tiers - d’élèves de nationalités étrangères.

JPEG - 109.3 ko
Le lycée français de New Delhi (Photo : MAE/F. de La Mure)

Fort de son attractivité, ce réseau a enregistré depuis 20 ans une augmentation de 50% de ses effectifs. Il bénéficie d’un effort financier important, dans un contexte budgétaire contraint, l’éducation constituant une priorité du président de la République. Afin de consolider son rôle central et de mener une réflexion prospective sur les enjeux de notre politique scolaire à l’étranger, M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, a confié à Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, l’organisation d’une concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement français dans le monde.

Les travaux porteront notamment sur les questions relatives à la demande continue de nouvelles inscriptions, au financement de l’enseignement français à l’étranger, au bon équilibre entre la mission de scolarisation des Français et l’accueil d’élèves étrangers, et à la coopération avec les systèmes éducatifs étrangers.

Mme Hélène Conway-Mouret lancera cette concertation nationale le 17 avril 2013 à 9h au Centre de conférences ministériel, 27, rue de la Convention (Paris XVe). Cette première journée réunira tous les acteurs contribuant à la réflexion sur cet outil de notre action extérieure. Un comité de pilotage constitué de cinq personnalités issues du ministère de l’éducation nationale, du ministère des affaires étrangères, du monde des entreprises, de la société civile et du Parlement, animera trois groupes de travail et formulera des recommandations.

- Lire la suite sur le site du ministère

publié le 18/04/2013

haut de la page