Gagner la bataille pour l’emploi : Les emplois d’avenir

Les emplois d’avenir sont une réussite : l’objectif des 150 000 emplois d’avenir signés avant la fin 2014 a été atteint, plus tôt que prévu. En raison du succès du dispositif auprès des jeunes et des employeurs, le programme se poursuivra en 2015. Dans le domaine des sports et de la jeunesse, le cap des 20 000 emplois a été franchi au cours du mois de septembre 2014, soit 5 000 de plus que l’objectif ministériel.

JPEG

Le contexte

Le taux de chômage des jeunes est deux fois plus élevé que celui de la population globale. 150 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans diplôme, et se retrouvent le plus souvent au chômage. L’école ne leur convient pas, ils veulent aller chercher du travail. Ils trouvent parfois un petit boulot, pas longtemps, et puis plus rien, le temps passe, le découragement monte, le désœuvrement s’installe.

Pour remédier à cette situation, les emplois d’avenir ciblent les jeunes peu ou pas qualifiés afin de leur permettre d’accéder à l’emploi.

En seulement deux ans, les emplois d’avenir se sont imposés comme une solution pour lutter contre le chômage des jeunes qui connaît une baisse significative depuis le lancement du dispositif.

Un emploi d’avenir c’est à la fois une passerelle efficace pour les jeunes qui peinent à trouver un premier emploi stable et une solution pour des collectivités 28%, des associations 33% et des entreprises privées des secteurs éligibles 20%, à la recherche de talents pour se développer.

L’objectif des emplois d’avenir est de proposer des solutions d’emploi et d’ouvrir l’accès à une qualification aux jeunes peu ou pas qualifiés qui ne parviennent pas à trouver le chemin de l’insertion professionnelle.

Ils permettent d’avoir une première expérience professionnelle, et d’acquérir des compétences qui permettront par la suite aux jeunes de s’insérer sur le marché du travail. Les jeunes sont employés en CDI ou en CDD de 1 à 3 ans. Les compétences acquises sont reconnues par une attestation d’expérience professionnelle. Un bilan est réalisé plusieurs mois avant l’échéance du contrat, pour préparer la sortie. Cela permet de trouver la solution la plus adaptée à chaque situation : pérennisation de l’emploi, changement d’emploi grâce aux compétences acquises, reprise d’une formation.

Les Emplois d’avenir concerne :
JPEG
Les jeunes de 16 à 25 ans (de 16 à 30 ans pour les travailleurs handicapés), qui sont pas ou peu diplômés en recherche d’emploi et jusqu’à un niveau bac + 3 pour les habitants de zone urbaine sensible (Zus), zone de revitalisation rurale (ZRR) ou en outre-mer en recherche d’emploi 12 mois au cours des 18 derniers mois.

De quoi s’agit-il ?

Les employeurs du secteur non marchand sont principalement concernés par le dispositif emplois d’avenir. Leurs activités ont une utilité sociale avérée ou de défense de l’environnement et sont susceptibles d’offrir des perspectives de recrutement durables : filières vertes et numériques, secteurs social et médico-social, aide à la personne, animation socio-culturelle, tourisme…
Ce sont principalement des associations, des organismes à but non lucratif, des établissements publics, des collectivités territoriales. Certaines entreprises privées peuvent recruter en emplois d’avenir, dans des secteurs d’activités ciblés au niveau régional et sur la base de projets innovant

Le financement de l’État est de 75 % du salaire brut du jeune à hauteur d’un Smic pendant 3 ans dans le secteur non-marchand, 35 % dans le secteur marchand. En échange, l’employeur s’engage à accompagner le jeune avec un tuteur et à lui permettre d’accéder à des formations.

- Lire la suite sur www.gouvernement.fr

publié le 12/10/2015

haut de la page