La ville de Berne solidaire avec Nice

Berne – Le 18 octobre, la ville de Berne a remis à l’Ambassade de France un chèque de 10 000 francs suisses (9 215,50 euros) destiné à la Fondation de France. Cette somme, collectée lors du passage du Tour de France en Suisse, quelques jours après l’attentat du 14 juillet, à Nice, permettra de venir en aide aux enfants victimes.

Quelques jours avant le passage du Tour de France à Berne, l’attentat du 14 juillet, à Nice, endeuillait la France et le monde. Pour marquer la solidarité des Bernois et de la Suisse, une banderole « Solidarité avec Nice » a aussitôt été installée sur le pont Kirchenfeld, l’un des points de vue les plus remarquables de la ville. Les images de ce geste de solidarité ont ainsi été reprises dans le monde entier lors du passage du Tour de France à Berne.

JPEG - 1.3 Mo
Vue de la banderole « Solidarité avec Nice » installée sur le pont Kirchenfeld, à Berne.

Quelques jours plus tard, une vente aux enchères en lien avec le vélo et le Tour de France a été organisée au Stade de Suisse, à Berne. Elle a permis de collecter 10 000 francs suisses (9 215,50 euros). Le 18 octobre 2016, Alexander Tschäppät, Maire de la Ville de Berne et Conseiller national, a remis à Jérôme Pousin, représentant l’Ambassade de France en Suisse, un chèque de 10 000 francs, destiné à La Fondation de France. Selon le souhait de la ville de Berne, le don sera affecté à l’aide directe d’enfants et d’adolescents victimes.

Soutenir les enfants victimes

JPEG - 376.5 ko
Jérôme Pousin, Attaché de coopération universitaire, scientifique et technologique de l’Ambassade de France en Suisse, reçoit des mains d’Alexander Tschäppät, Maire de la ville de Berne et Conseiller national, le chèque destiné à la Fondation de France.
L.Guinamard

La Fondation de France intervient auprès des enfants victimes soit par des aides directes, soit par le soutien à des structures d’aide aux victimes. Les aides directes sont versées aux familles touchées, pour répondre notamment aux besoins de soutien psychologique des enfants et adolescents choqués, non indemnisés par le FGTI (Fonds national de garantie des victimes des actes de terrorisme) ; mais aussi sous la forme d’une aide sociale aux familles, qui ont perdu leurs revenus et sont en grande difficulté. Les subventions à des structures d’aide aux victimes visent, quant à elles, à donner les moyens de répondre dans la durée aux besoins des enfants suivis.
La Fondation de France agit dans la durée sur la reconstruction (aide psychologique, juridique et social), en complément de l’aide publique qui indemnise les victimes physiques grâce au FGTI. Pour cela, la Fondation de France travaille en partenariat avec l’INAVEM, le réseau national d’aide aux victimes et l’association Montjoye, membre de ce réseau pour Nice.

L’Ambassade de France en Suisse, très touchée par ce geste porteur d’espérance et de solidarité avec le peuple français, tient à adresser ses remerciements à la Ville de Berne.

publié le 16/11/2016

haut de la page