Le Festival de bandes dessinées d’Angoulême

La Première guerre mondiale, la satire politique ou les violences faites aux femmes, ces grands sujets de société seront au cœur du Festival de bandes dessinées qui se déroule, à Angoulême, du 30 janvier au 2 février.

JPEG


- télécharger le document en langue allemande : Das Comicfestival von Angoulême


Créé le 25 janvier 1974, le Festival de bandes dessinées d’Angoulême est devenu le leader européen du secteur. Les organisateurs onttoujours mis en avant la reconnaissance artistique des auteurs du neuvième art, ce qui incite les auteurs étrangers à venir, notamment d’Italie, d’Espagne, de Belgique et d’ailleurs... Présidé par Willem, le dessinateur connu pour ses planches satiriques dans le quotidien Libération, le Festivaloffre cette année une large place aux œuvres coréennes.

Etant un des rares festivals entièrement consacrés à la bande dessinée, Angoulême intrigue et étonne. « Les pays asiatiques, très présents dans l’univers des mangas notamment, essaient d’appréhender notre particularité », assure le délégué général du festival, Franck Bondoux.

Ouvert à l’international

Tourné vers l’international, le festival d’Angoulême poursuit notamment l’objectif de promouvoir l’offre française à l’export, comme le font les Etats-Unis ou le Japon avec leurs comics ou leurs mangas. Le Festival accueille également cette année l’expositionCorée : Fleurs qui ne se fanent pas, à l’initiative du gouvernement de Corée du sud.

Selon Gilles Ratier, secrétaire général de l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD), le neuvième art demeure le « secteur de l’édition qui résiste le mieux à la crise, même s’il en subit forcément les conséquences ».Quatre grands groupes (Media-Participations, Glénat, Guy Delcourt, et Gallimard) réalisent 43,7% de la production. Au total, 117 albums ont été tirés à plus de 50 000 exemplaires, avec en tête des ventes le dernier album d’Astérix, « Astérix chez Les Pictes » (2,48 millions d’unités), devant Blake et Mortimer (445 000). Les albums d’Astérix sont aujourd’hui traduits en plus de 107 langues et dialectes.

La programmation fait la part belle aux sujets de société

Pour cette nouvelle édition, les organisateurs du festival ont souhaité privilégier les sujets de société. Cette année, le festival s’adresse donc notamment à un public adulte. Selon le directeur général, « il est passé le temps où la bande dessinée n’était que le monde de l’enfance. L’intérêtest désormais de parler du monde et de faire passer des messages ».

Les 200.000 festivaliers attendus pourront notamment découvrir l’exposition phare du 41ème Festival, qui est aussi un événement d’actualité : Tardi et la Grande Guerre inaugure les commémorations du centenaire de 14-18, tout en célébrant l’un des plus grands dessinateurs contemporains.Le festival met aussi à l’honneur le dessinateur Quino, un célèbre auteur sud-américain, et son personnage Mafalda. Cette fillette, créée au temps de la dictature militaire argentine, livre un regard d’enfant sur la société et le monde des adultes.

Autre sujet de société, les violences faites aux femmes et les inégalités hommes-femmes : les éditions Des ronds dans l’O publient une série de recueils revenant sur ces thèmes malheureusement toujours d’actualité. Le thème de la maladie est également abordé, avec la série Ernest & Rebecca, publiée aux éditions du Lombard. Ces albums s’adressent aux jeunes lecteurs de façon pédagogique.

La BD ludique est toujours présente

Les sujets de société sont certes privilégiés cette année, mais les organisateurs du festival n’en oublient pas pour autant la bande dessinée ludique. Une exposition célébrera les 80 ans du Journal de Mickey, publication la plus ancienne de Disney en France. Depuis ses origines, le Journal de Mickeyest un vecteur de diffusion de la bande dessinée française et européenne.

« Le secteur a encore de beaux jours devant lui, puisqu’il inspire de plus en plus le septième art », souligne Gilles Ratier. En 2013, pas moins de dix films sont issus de bandes dessinées, comme Quai d’Orsay ou encore La vie d’Adèle. Mais de nombreux défis restent à relever, comme celui de la diffusion numérique.

Si le Festival d’Angoulême reste l’événement phare en France dans le domaine de la bande dessinée, le phénomène culturel prend de l’ampleur. Au total, en 2013, 514 événements ont été organisés autour de la BD.

Barbara Leblanc
Le Salon en chiffres (2013) : . 260 exposants

. 7.000 professionnels

. 1.600 auteurs

. 800 journalistes


- télécharger le document en langue allemande : Das Comicfestival von Angoulême


publié le 10/02/2014

haut de la page